Comment lire le Coran en 21 points ( partie 1 )

 بسم الله الرحمن الرحيم و الصلاة و السلام على رسول الله

Lire le Coran

L’un des objectifs de la plupart d’entre nous est de lire le Coran comme il se doit surtout pendant Ramadan. Mais d’ici là je vous propose une série d’articles sur certains points à respecter lors de sa lecture. Il y a certaines règles à respecter mais cela reste assez simple en général nous allons juste rester en surface pour le moment. Lorsque vous ouvrez le Coran même pour ceux qui savent lire l’Arabe et qui n’ont pas encore fait de tajwid vous allez remarquer ou non parfois certains signes ou caractéristiques qu’on ne trouve pas dans la langue arabe, c’est donc sur cela que vous allez devoir vous concentrer avec les explications pour améliorer votre lecture du Coran avec la permission d’Allah.

 1)Le petit rond ْ au dessus de la lettre de prolongation

On va ici avoir deux cas de figures :

Parfois les lettres de prolongations dites malades porteront un petit rond. Cela signifie que vous devez faire comme-ci la lettre n’était pas là et donc vous ne devez pas prolonger la lettre que ce soit à l’arrêt ou non.

مِن نَّبَإِى۟ ٱلْمُرْسَلِينَ

Vous pourrez aussi observer ce petit rond sur le alif comme cet exemple-ci أَناْ خَيرٌ . La lettre alif est la seule lettre qu’on ne prononce pas car elle sert uniquement à prolonger d’autre lettre, or dans ce cas  présent le alif porte un petit rond cela va donc signifier que vous ne prolongez pas la lettre ou du moins pas complètement. Mais qu’est ce que ça veut dire? Cela signifie que si vous vous arrêtez sur le mot qui comporte à la fin un alif portant ce signe vous allez effectuer les deux temps c’est à dire que vous prolongez l’avant dernière lettre comme pour toutes prolongations naturelles, mais si vous décidez de continuer la lecture sans vous arrêter sur ce mot alors c’est comme si la le alif ou la prolongation disparaissait vous n’allez pas rester deux temps mais seulement un temps sur la lettre.

2)Le soukoune dans le Coran

En général lorsque vous lisez un livre en arabe ou que vous écrivez en arabe le soukoune est écrit avec le petit rond vu précédemment mais dans le Coran c’est différent comme vous avez pu le voir. Ainsi le signe du soukoune correspondra à une espèce de demi-cercle comme sur le ح de ٱلرَّحْمَٰنِ, il faudra donc le lire ainsi.

 

3)L’absence de voyelle sur une lettre

Parfois vous verrez des lettres qui ne sont pas vocalisées, là encore vous aurez deux cas de figure. Premièrement si la lettre non vocalisée est suivie d’une lettre portant une shidda ّ  dans ce cas il faudra que vous ne prononciez pas la lettre non vocalisée, mais prononcez directement la lettre qui porte la shidda.

Ensuite si la lettre qui suit la lettre non vocalisé ne porte pas de shidda mais simplement une vocale il faudra appliquer la règle de la fusion partielle ( idgham ).

وَلَٰكِن لَّا يَشْعُرُونَ / وَإِن كُنتُمْ

4)Le dédoublement des voyelles

Au premier coup d’oeil il se peut que vous ne remarquiez pas forcément la différence mais si vous regardez de plus près vous verrez que lorsqu’il y a la fatha ou la kasra dédoublée c’est-à-dire lorsque vous avez un tanwin, parfois ce sera écrit parallèlement et parfois ce sera légèrement décalé. Ainsi si vous observez que c’est parallèle alors il faudra lire le son n du tanwin ou plutôt le son ن de façon claire afin que l’on entende le tanwin très distinctement.

شَىْءٍ عَلِيمٌۭ / قَوْلًا غَيْرَ

Et si vous voyez qu’il y a un léger décalage entre les deux traits du tanwin que ce soit pour la kasra ou la fatha cela signifie que vous devez le prononcer avec une ghounna, c’est-à-dire que le son doit provenir non seulement de la bouche mais aussi de la cavité nasale. Vous trouvez ça un peu difficile? C’est normal il s’agit d’une règle de tajwid que vous verrez par la suite si vous souhaitez en savoir plus sur cette matière. Mais si vous ne souhaitez pas allez plus loin ne vous inquiétez pas le fait de ne pas le prononcer comme il se doit n’est pas une grosse faute, néanmoins il est mieux de se rapprocher de la base qui est la façon dont le Coran était récité lors de la révélation. Concernant le tanwin de la damma ou dammatane ce sera la même chose la seule différence est la façon dont il sera écrit. En effet lorsqu’il faudra prononcer le son ن clairement, le tanwin sera écrit avec une damma accompagnée d’un demi-cercle, et lorsqu’il faudra le prononcer avec une ghounna il sera avec deux damma côte à côte comme ceci :

 

نَفْسٌ عَن / بَلَآءٌۭ مِّن

Tout va bien jusque-là? Il est important de bien comprendre chaque étape alors n’hésitez pas à prendre votre temps.

5)Le م minuscule

Alors parfois vous allez voir un petit م juste à côté d’une des trois voyelles c’est-à-dire juste à côté de la fatha, de la kasra, ou la damma. Ceci signifie tout simplement que vous aviez à la base dans le mot un tanwin à la fin mais vous avez ce م qui a pris la place de la deuxième voyelle ou si vous voulez la place du ن. Du coup il faudra prononcer un son m م au lieu d’un son n ن, par  exemple min ici deviendra mim :

مِّنۢ بَعْدِ

6) Les lettres minuscules de prolongation

Concernant les lettres de prolongation vous savez qu’on a le و  qui sert à prolonger ُ, le ا  pour prolonger َ  et le ي afin de prolonger la ِ. Dans le moushaf vous allez voir d’autres signes qui vont pouvoir remplacer ces lettres de prolongation, il faudra donc à chaque fois que vous les aperceviez prolonger la lettre qui précède. Ainsi pour prolonger la ُ  vous aurez un petit و, concernant la َ vous verrez un ا minuscule toujours à côté de la lettre à prolonger et pour la ِce sera un petit signe comme ceci ۦ encore une fois juste après la lettre à prolonger. Ainsi il faudra à chaque fois que vous voyez l’un de ces signes, prolonger la lettre de deux temps.

ٱلْإِنسَٰنُ / أَكْفَرَهُ / وَأُمِّهِۦ

7) La lettre س au dessus ou en dessous de la lettre ص

Parfois vous allez apercevoir la lettre س au dessus ou en dessous de la lettre ص. Lorsque vous la verrez au dessus de la lettre vous n’allez plus prononcer la lettre ص mais la lettre س et donc au lieu de dire يبصط  ou بصطة vous allez dire يبسط ou بسطة. Et si la lettre س se trouve en dessous de la lettre ص, cela signifie qu’il est mieux de prononcer un ص plutôt qu’un س même si l’on peut prononcer un س.